©2019 par Parler et Revivre

QUI SOMMES-NOUS

L’association (loi 1901) composée de bénévoles agit pour et avec les personnes victimes de violences sexuelles dans leur enfance. Elle accueille la parole de celles et ceux qui voudraient parler de leur traumatisme, et qui ont besoin d'être accueilli, écouté, conseillé, accompagné.

A l'origine, trois anciennes victimes d'un prêtre d'Orléans ont fondé "notre parole aussi libérée" en 2016 dont Philippe C. et Olivier Savignac. Cette association loi 1901 avait pour but de retrouver et de fédérer les personnes victimes de l'abbé de Castelet pour un procès historique qui a vu la condamnation de ce dernier ainsi que de son supérieur hiérarchique, l'ancien évêque d'Orléans, le 22 novembre 2018. Depuis l'association a été mise en sommeil au profit d'une refondation et de la création de "Parler et Revivre" basée en Occitanie, la région d'Olivier Savignac et Philippe C.

Basée à Rodez dans l'Aveyron, l'association reçoit des témoignages et demandes de la France entière.

Elle travaille en lien avec plusieurs associations et collectif de défense et d'accompagnement des victimes. Elle est présidée par Olivier Savignac qui est aussi musicien, très investi dans des actions de prévention concernant le sujet de la pédocriminalité.

 

« Parler et Revivre » se positionne comme une cellule de veille par rapport aux nombreux cas d’abus sexuels dans l’Eglise qui ont été couverts et dissimulés par les hommes d’Eglise et plus largement par et/ou sein des institutions religieuses pendant de nombreuses décennies.

 

L’association a vocation à dialoguer avec les instances nationales à l'échelon de l'Etat (collectivités, sénat, assemblée nationale), les instances nationales et internationales (diocèse, Province, Curie) de l’Eglise catholique, pour faire avancer conjointement institutions publiques et Eglise catholique sur la politique de prévention, de détection, de prise en charge et d’accompagnement des personnes victimes dans l’Eglise.

 

« Parler et Revivre » contribue à la défense et à l’assistance des victimes de violences sexuelles par des actions appropriées en lien avec des professionnels des domaines de la santé, du médical, de la justice.